Creer votre blog photo | S'abonner à ce blog | Tous les blogs | Login | Fond Ecran

Archive: février, 2014

harfang des neiges

Un jour de chance aujourd’hui, un harfang des neiges, repéré dans le nord de la France pas loin du pas de calais donc de chez moi, donc direction son emplacement avec 2 copains et un festival de photos , dont je vous propose un petit échantillon.harfang des neiges (1)

harfang des neiges (2)

harfang des neiges (3)

harfang des neiges (4)

harfang des neiges (5)

harfang des neiges (6)

harfang des neiges (7)

harfang des neiges (8)

harfang des neiges (9)

harfang des neiges (10)

harfang des neiges (11)

harfang des neiges (12)

harfang des neiges (13)

harfang des neiges (14)

harfang des neiges (15)

harfang des neiges (16)

rat

IMG_0914

IMG_0959

IMG_0960

IMG_0961

grebe castagneux

Le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis) est une espèce d’oiseaux de la famille des Podicipedidae. Cet oiseau est le plus petit des membres de la famille des grèbes, et aussi le seul grèbe d’Europe à pondre régulièrement deux fois par an1. Oiseaux discrets, ils s’installent sur n’importe quel lac, étang, mare ou marais possédant une végétation assez dense sur ses rives
Il n’y a pas de dimorphisme sexuel chez cette espèce (à l’exception de quelques mensurations, bec en particulier), il est donc très difficile de distinguer mâles et femelles. C’est un petit oiseau aquatique de 21 à 29 cm et d’une envergure de 40 à 45 cm, pour un poids variant de 100 à 275 g (en moyenne 200 g). Les autres caractéristiques biométriques significatives sont une aile pliée de 93 à 104 mm, un bec de 18 à 21 mm (mâle) ou de 16 à 18 mm (femelle) et un tarse de 34 à 39 mm2.Contrairement aux autres espèces de grèbes qui sont essentiellement piscivores, le Grèbe castagneux a un régime principalement insectivore composé aussi bien de larves que d’adultes d’insectes aquatiques (libellules, éphémères, perles, phryganes, dytiques, gyrins) ou non (mouches, scarabées).Il consomme aussi de petits crustacés (aselles et gammares) et des mollusques (limnées, physes, planorbes et bithynies) ainsi que des amphibiens (surtout des têtards, mais aussi de petites grenouilles ou des tritons) et des poissons dont la taille est le plus souvent comprise entre 5 et 7 cm et n’excède pas 11 cm (chabots, goujons, jeunes du genre Cyprinus comme des carpes, gardons, vairons, brèmes, ablettes, perches, vandoises, rotengles, épinoches, etc).texte wikipédiagrebe castagneux (1)

grebe castagneux (2)

grebe castagneux (3)

grebe castagneux (4)

grebe castagneux (5)

grebe castagneux (6)

grebe castagneux (7)

grebe castagneux (8)

grebe castagneux (9)

grebe castagneux (10)

grebe castagneux (11)

grebe castagneux (12)

grebe castagneux (13)

grebe castagneux (14)

grebe castagneux (15)

grebe castagneux (16)

grebe castagneux (17)

grebe castagneux (18)

grebe castagneux (19)

grebe castagneux (20)

grebe castagneux (21)

grebe castagneux (22)

grebe castagneux (23)

grebe castagneux (24)

grebe castagneux (25)

foulque macroule

La Foulque macroule (Fulica atra) autrefois aussi nommée « Morelle » selon Buffon1, en raison de sa couleur noire, fait partie des Rallidae : foulques, râles et marouettes. Les foulques, excellents plongeurs, représentent parmi les membres de cette famille ceux qui semblent les plus adaptés à la vie aquatique.

Ils sont grégaires sur les étendues d’eau en hiver. Migrateurs partiels, au vol d’apparence laborieuse, ils nichent dans les roselières et/ou parmi les plantes palustres.

Comme la poule d’eau, qui occupe la même niche écologique et avec laquelle il cohabite souvent dans les zones humides anthropisées, c’est un oiseau qui – là où il n’est pas chassé – peut devenir très familier de l’homme. On peut alors l’observer se nourrir sans qu’il ne soit effarouché. Il peut nicher près des habitations, voire dans les ports
C’est un palmipède au corps arrondi ; la plupart des spécimens arborent un plumage presque entièrement noir.

La foulque – souvent confondue avec la poule d’eau un peu plus petite à l’âge adulte – s’en distingue par ses pattes verdâtres aux longs doigts palmés, un bec blanc surmonté d’une plaque frontale (ou écusson) également blanche, des yeux ronds et rouges et des rémiges secondaires bordées de blanc.

Elle plonge souvent et habilement pour chercher sa nourriture et nage lentement, avec un hochement caractéristique de la tête. Elle défend son territoire et en chasse les intrus.

Chant : plutôt de nuit ou lors de ses vols au printemps ; son répertoire inclut une sorte de bref éternuement2.

Alimentation : Son régime est omnivore à forte tendance végétarienne. Il va chercher sa nourriture jusqu’à 2, voire 4 à 5 m de profondeur
foulque macroule 1 (1)

foulque macroule 1 (2)

foulque macroule 1 (3)

foulque macroule 1 (4)

foulque macroule 1 (5)

foulque macroule 1 (6)

foulque macroule 1 (7)

foulque macroule 1 (8)

foulque macroule 1 (9)

foulque macroule 1 (10)

foulque macroule 1 (11)

foulque macroule 1 (12)

canard chipeau

Le Canard chipeau dont le nom scientifique est Anas strepera, autrefois en Picardie aussi appelé « Ridelle » ou « ridenne » (en Picard1) est un anatidé présent en Eurasie et en Amérique du Nord.canards chipeau (1)

canards chipeau (2)

canards chipeau (3)

canards chipeau (4)

canards chipeau (5)

buses attaquée par des corneilles

1 (1)

1 (2)

1 (3)

1 (4)

1 (5)

1 (6)

1 (7)

1 (8)

1 (9)

1 (10)

1 (11)

martin pecheur

martin pecheur (1)

martin pecheur (2)

martin pecheur (3)

martin pecheur (4)

martin pecheur (5)

martin pecheur (6)

martin pecheur (7)

martin pecheur (8)

grand comoran commun

Le Grand Cormoran, ou Cormoran commun (Phalacrocorax carbo), est une espèce d’oiseau aquatique qui appartient à la famille des phalacrocoracidés. Son aire de distribution est très vaste (Europe, Asie, Océanie, Afrique, et une frange orientale de l’Amérique du Nord) ; on y distingue habituellement cinq à huit sous-espèces
Cet oiseau a une taille moyenne de 90 cm (84 à 98 cm) pour 150 cm d’envergure en moyenne (de 130 à 160 cm)1 et un poids de 2 à 3,7 kg2,
Plumage[modifier le code]

Même si le mâle est en moyenne plus corpulent que la femelle et son bec plus large, il n’existe pas de dimorphisme sexuel chez cette espèce.

Le plumage du Grand Cormoran adulte est généralement entièrement noir (mais certaines sous-espèces, parfois considérées comme des espèces distinctes, ont la gorge blanche : maroccanus ; la gorge et la poitrine blanches : lucidus), à l’exception de taches blanches plus ou moins étendues sur les joues et la gorge des adultes et des reflets bleus dans le plumage noir, ou vert-bronze au niveau du dos et des ailes. Lors de la période de reproduction apparait de plus une tache blanche au sommet de chaque cuisse. Certaines sous-espèces peuvent aussi avoir lors de cette période des plumes blanches sur le cou. Phalacrocorax carbo sinensis présente, à cette époque de l’année, une nuque blanche.

Le bec de ce cormoran est de couleur blanc-crême ou gris clair ; il comporte une large tache jaune à la commissure des lèvres ce qui le distingue, outre sa plus grande corpulence, des autres espèces. Les yeux sont verts et les pattes palmées sont noires.

Les juvéniles ont un plumage plus clair, avec le dos brunâtre et le ventre et la poitrine blancs.
1 (1)

1 (2)

1 (3)

1 (4)

1 (5)

1 (6)

1 (7)

1 (8)

1 (9)

1 (10)

1 (11)

1 (12)

1 (13)

1 (14)

1 (15)

1 (16)

1 (17)

1 (18)

1 (19)

LE BUTOR

Le Butor étoilé (Botaurus stellaris) est une espèce d’échassier de la famille des ardéidés (hérons, aigrettes). Considéré d’après les recensements effectués comme une espèce très menacée, sa population est en déclin rapide en Europe et aurait chuté de 35 à 45 % en France en 30 ans1.
C’est un grand et gros héron, massif, au plumage brun chaud strié de brun plus foncé, très similaire au butor américain (Botaurus lentiginosa). Sa tête présente une calotte sombre et un bec en poignard. Une bande noire descend du coin du bec vers la gorge, en passant en dessous de la joue. Le cou est épais, les pattes courtes pour un échassier, mais avec de longs doigts. En vol, on distingue plus nettement les rayures sombres sur la gorge et une zone plus pâle sur le dessus de la première moitié de l’aile. Sa longueur varie de 69 à 81 cm et son envergure de 120 à 130 cm ; son poids varie entre 900 et 1 100 g2.
Les vols se font généralement sur de courtes distances. Sa silhouette est alors typique, ressemblant à un mélange de grand hibou et de héron. Le vol est en effet lent et lourd. Les ailes sont tenues arquées et les longs doigts traînent à l’arrière de l’oiseau.

Ses déplacement au sol sont lents et discrets. Il marche avec la tête légèrement dans les épaules et avec un léger mouvement latéral afin de mieux cibler ses proies. S’il se sent menacé, il devient immobile, allonge son cou et pointe son bec vers le haut, de manière à se fondre dans les roseaux environnants. Il est capable de rester dans cette position et de s’incliner avec les roseaux agités par le vent pendant plusieurs heures, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de risque.

Cet oiseau se déplace facilement entre les tiges de roseaux, avec ses longs doigts lui permettant de marcher sur la végétation flottante.

Alimentation[modifier le code]

Il se nourrit de poissons, amphibiens et invertébrés (notamment des insectes aquatiques). Il peut parfois chasser des oiseaux ou de petits mammifères.

Plus actif à l’aube et au crépuscule, le butor se nourrit dans les eaux, en pêchant à l’affût. Il marche lentement dans l’eau près de la rive de la roselière, s’arrêtant fréquemment. Il reste immobile de longs moments, à la recherche de proies, approche avec des mouvements très lents, tendant le cou, et soudain, il saisit ou perce la proie avec son bec. Elle est frappée à plusieurs reprises avant d’être avalée la tête la première.

Comportement social[modifier le code]

Dickcissel d’Amérique mâle perché sur un poteau métallique, chantant cou tendu et bec ouvert.

Chants et appels

Écouter le Butor étoilé
sur xeno-canto

Habituellement solitaire. Sa présence est surtout confirmée par l’écoute de son chant très puissant (audible jusqu’à 5 km) et ressemblant à une  » corne de brume « , un son très profond et caverneux souvent émis sur deux tons. Le chant s’entend surtout de nuit. Les cris d’appel émis en vol sont des sortes de « ho ! » expirés.

Reproduction[modifier le code]

Le butor niche dans les roseaux en avril-mai. Le nid est une plate-forme flottante, formé de morceaux de roseaux morts et les plantes aquatiques, et garni de fines matières. Le nid est bien caché dans la végétation et construit par la femelle.

La femelle dépose quatre à six œufs brun verdâtre, brun tacheté, à des intervalles de deux à trois jours. L’incubation commence avec le premier œuf pondu ; elle dure environ vint-six jours, et est assurée par la femelle. Les poussins sont couverts de duvet brun-rougeâtre. Ils sont nourris uniquement par la femelle avec de la nourriture régurgitée au fond du nid. Les jeunes commencent à quitter le nid après deux à trois semaines, et se cachent dans la végétation.

Cette espèce a une durée de vie d’une dizaine d’années2.
texte wikipédiabutor (1)

butor (2)

butor (3)

butor (4)

butor (5)

butor (6)

butor (7)

butor (8)

butor (9)

oies cendrées

IMG_2576

les oiseaux du jardin

IMG_9592

IMG_9593

IMG_9594

IMG_9614

IMG_9634

ACCENTEUR MOUCHET

D’une taille d’environ 14–15 cm, l’Accenteur mouchet est un oiseau discret, très homochromique, avec le dos brun foncé rayé de noir et la tête de couleur gris bleuté. Son aspect terne quand on le voit à une certaine distance, peut éventuellement le faire confondre avec une femelle de Moineau, mais ses flancs sont rayés de noir et le bec est sombre et beaucoup plus fin, le comportement est également différent. Celui que Buffon avait surnommé le « traîne-buisson » se tient souvent à ras du sol, caché dans les buissons et fourrés, où son camouflage est très efficace. C’est souvent sa posture de chant, droit au sommet d’un arbre, qui permet de le repérer le plus facilement. Son chant rappelle celui du Troglodyte mignon, mais sans les trilles caractéristiques. Il se compose de phrases courtes, claires, aiguës, débitées très rapidement, ce qui n’est pas sans rappeler le chant du Serin cini. texte Wikipédia
IMG_9520

IMG_9522

IMG_9524

IMG_9535

IMG_9538

BUTOR étoilé

Le Butor étoilé (Botaurus stellaris) est une espèce d’échassier de la famille des ardéidés (hérons, aigrettes). Considéré d’après les recensements effectués comme une espèce très menacée, sa population est en déclin rapide en Europe et aurait chuté de 35 à 45 % en France en 30 ans
C’est un grand et gros héron, massif, au plumage brun chaud strié de brun plus foncé, très similaire au butor américain (Botaurus lentiginosa). Sa tête présente une calotte sombre et un bec en poignard. Une bande noire descend du coin du bec vers la gorge, en passant en dessous de la joue. Le cou est épais, les pattes courtes pour un échassier, mais avec de longs doigts. En vol, on distingue plus nettement les rayures sombres sur la gorge et une zone plus pâle sur le dessus de la première moitié de l’aile. Sa longueur varie de 69 à 81 cm et son envergure de 120 à 130 cm ; son poids varie entre 900 et 1 100 g2.texte wikipedia
IMG_5858

IMG_5861

IMG_5862

IMG_5863

IMG_5864

IMG_5865

IMG_5866

IMG_5868

IMG_5870

IMG_5871