Creer votre blog photo | S'abonner à ce blog | Tous les blogs | Login | Fond Ecran

Archive: mars, 2012

canard milouin

C’est un oiseau grégaire, qui forme de larges bandes en hiver. C’est un des canards plongeurs les plus communs en Europe. En France, 60 000 milouins hivernent mais il n’en reste plus que 5000 environ pour nicher au printemps. Les hivernants arrivent à partir du mois d’octobre et repartent dès mars et avril. La plupart pour nicher dans l’est et le centre de l’Europe. Grégaire, le milouin passe la plupart de l’année en groupe. De grandes troupes comptant jusqu’à 500 membres se forment souvent en hiver et des bandes plus importantes, de 3000 et plus, se rassemblent également pour muer. Le milouin s’associe volontiers à d’autres canards, surtout les fuligules morillons ou milouinans mais reste néannmoins groupé avec ses congénères au sein de ces troupes mixtes. Il n’aime guère voler et préfère plonger pour fuir le danger. Cela n’est pas surprenant car il doit, pour s’envoler, prendre son élan en courant à la surface de l’eau tout en battant énergiquement des ailes. Cependant, une fois en l’air, le milouin progresse d’un vol rapide et direct, en adoptant souvent une formation en V.

Le mâle inspire profondément avant de lancer son cri de parade : un long sifflement qui le vide de l’air accumulé, donnant l’impression qu’il se dégonfle comme une baudruche.

Le Fuligule milouin mange pratiquement tout ce qu’il peut atteindre en plongeant depuis la surface. Néanmoins, il se nourrit surtout de graines, de racines, de feuilles et de bourgeons de plantes aquatiques telles que les lentilles d’eau et les potamots. En plongeant il capture également des mollusques, des crustacés, des vers et des larves d’insectes. Le milouin s’alimente principalement le matin et le soir. Il disparaît sous l’eau après un petit bond et reste normalement immergé 13 à 16 secondes. Il préfère se nourrir en eau claire, entre 1 et 3,50 mètres de profondeur mais il peut aussi se contenter de barboter en eau peu profonde.

pigeon biset

Le pigeon biset (Columba livia) est l’espèce qui comprend le pigeon domestique et la plupart des pigeons des villes1 mais qui subsiste également comme oiseau sauvage dans son milieu naturel original : les falaises et autres milieux rocheux. Le type domestique est différent du type sauvage.

C’est un oiseau de la famille des Columbidés. L’espèce (Columba livia) a donné naissance à de nombreuses races élevées pour la chair, l’ornement ou la course (pigeon voyageur).

pie bavarde

La pie bavarde arbore un plumage noir sur le dessus du corps, au niveau de la tête, de la poitrine et de la partie sous-caudale, et blanc au niveau du ventre, des flancs, des rémiges primaires et à la base des ailes. Le plumage noir montre des reflets métalliques, bleuâtres sur les ailes, violacés sur le corps et la tête, et verdâtres sur la queue, dus à une iridescence des plumes. Le bec est noir, de même que les pattes et l’iris des yeux.

Cet oiseau d’assez grande taille (de 44 à 56 cm de longueur8) est doté d’une longue queue (de 20 à 30 cm). L’envergure varie de 52 à 60 cm et le poids de 190 à 250 g 9. Le mâle est légèrement plus grand que la femelle, mais il n’existe pas de réel dimorphisme sexuel chez cette espèce. La coloration des ailes peut donner une indication de l’âge de l’individu
La pie bavarde est omnivore : son régime alimentaire peut varier14, mais est essentiellement constitué :
d’invertébrés (vers, limaces, insectes…) qui constituent plus de 80% de l’alimentation des jeunes et des adultes (Balança 1984), et près de 100 % de celle des poussins5 ;
de fruits et graines diverses ;
d’œufs (prédaté dans les nids de passereaux) ;
de poussins d’autres oiseaux (2% du régime alimentaire au printemps/été 3 ;
détritus d’origine humaines (surtout en ville, où elle a parfois appris à percer les sacs poubelles) ;
charognes (ex : animaux écrasés sur les routes) ;
petits vertébrés, occasionnellement (petits rongeurs, dont le campagnol), lézards
.

jacinthe des bois

La Jacinthe des bois ou Jacinthe sauvage (Hyacinthoides non-scripta) est une espèce de plante vivace. Elle appartient à la famille des Liliaceae selon la classification classique. La classification phylogénétique la place dans la famille des Hyacinthaceae (ou optionnellement dans celle des Asparagaceae).

Elle est encore appelée « jacinthe sauvage », « scille penchée », « petite jacinthe », « endymion penché » ou encore « muguet bleu ».

Elle forme dans les sous-bois de grands tapis bleus à la floraison

vieux tracteur

j’ai photographié ce vieux tracteur, et j’ai fait quelques essais diffèrents faite votre choix!

primeveres

La primevère commune des jardins est une des premières fleurs du printemps (primo vere signifie au début du printemps en latin). C’est une plante vivace, souvent cultivée en annuelle. Elle fleurit de février à mai, est rustique et possède un feuillage semi-persistant.

Les primevères sauvages, Primula elatior et Primula veris, dont les fleurs retombantes se présentent en ombelle au sommet d’une longue tige, sont également connues sous le nom de coucous

martin pecheur

C’est un oiseau qui se nourrit de petits poissons et de petits animaux aquatiques. C’est pourquoi il vit à proximité des étendues d’eau, où il peut se nourrir en abondance. Sa proie repérée, généralement depuis un perchoir, il plonge en percutant violemment la surface de l’eau et l’attrape, puis avale sa proie, tête la première, dans le sens des écailles. Si elle n’est pas dans le bon sens, il la lance en l’air et la rattrape avec agilité dans le sens qui lui plaît. À l’instar des rapaces qui ingurgitent leur proie d’un seul coup, il éjecte par la suite une pelote de réjection constituée des arêtes des derniers poissons digérés. Le rejet par la bouche de cette pelote est précédé de ce qui ressemble à des bâillements. Quand le poisson est destiné à être livré aux juvéniles, le martin-pêcheur le retourne pour le présenter tête en avant. L’adulte rentre alors dans le couloir de sa niche et sert celui des petits qui attend son tour dans un mouvement de « noria » bien régulé au fond de la cavité. En période de nourrissage, un adulte peut capturer jusqu’à 70 ou 80 poissons dans la journée, ce qui implique une activité permanente.

populage des marais

Le Populage des Marais est aussi appelé « Souci d’Eau » et « Caltha des Marais ».

Attention les fleurs et les feuilles de populage des marais, comme pour toutes les renonculacées, sont toxiques.

Le populage des marais fait partie des plantes sauvages.

De culture et d’entretien faciles, le populage des marais fait partie des plantes « increvables » des bassins.

Les fleurs ressemblent à des boutons d’or.

Le sol doit être profond car le populage des marais possède un système racinaire très développé.

Semi-aquatique, le populage des marais apprécie une profondeur d’immersion d’environ 5 cm.

Certaines tiges très longues, s’enracinent d’elles-mêmes pour former de nouveaux plants.

grebe castagneux

Le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis) est une espèce d’oiseaux de la famille des Podicipedidae. Cet oiseau est le plus petit des membres de la famille des grèbes, et aussi le seul grèbe d’Europe à pondre régulièrement deux fois par an1. Oiseaux discrets, ils s’installent sur n’importe quel lac, étang, mare ou marais possédant une végétation assez dense sur ses rives.

accenteur mouchet

D’une taille d’environ 14-15 cm, l’accenteur mouchet est un oiseau discret, assez terne, avec le dos brun foncé rayé de noir et la tête de couleur gris bleuté. Son ventre gris peut le faire confondre avec une femelle moineau, mais ses flancs sont également rayés de noir. Celui que Buffon avait surnommé le « traîne-buisson » se tient souvent à ras du sol, caché dans les buissons et fourrés. Seule sa posture de chant, droit au sommet d’un arbre, permet de le repérer plus facilement. Son chant, mélodieux et aigu, rappelle celui du troglodyte mignon, mais sans les trilles caractéristiques.Les accenteurs mouchets s’accouplent entre les mois d’avril et août. Ils sont polyandres1. Les ménages ont généralement 2 couvées de 4 à 5 œufs de couleur bleu clair. L’incubation dure 12 à 14 jours. Ils font un nid dans les buissons, dans les broussailles ou les épicéas. Les petits prennent leur envol à 12 jours

cormoran marais de beuvry 62

Le grand cormoran se nourrit principalement de poissons vivants qu’il pêche en plongeant par intermittence, entre deux parcours à la nage, dans des eaux à faible courant ou stagnantes. Bien que la plupart de ses proies ne dépasse pas 20 cm, il est capable de capturer des poissons d’un kilo et demi5. Il peut aussi consommer des crustacés, amphibiens, mollusques ainsi que de petits oiseaux au nid6.

Le grand cormoran plonge sous l’eau depuis la surface pour capturer ses proies, qui vivent généralement sur le fond, même s’il lui arrive de pêcher des poissons de banc en zone plus profonde6. Ses pattes sont largement palmées et ses yeux sont équipés de cristallins suffisamment déformables pour s’adapter à la vision sous l’eau1. Les proies les plus volumineuses sont remontées en surface avant d’être avalées2.

mesange se regalant d’une graine de tournesol

oiseau troglodyte mignon

Le troglodyte mignon mesure à peu près dix centimètres. Mâles, femelles et juvéniles ne peuvent être distingués1. Son corps rond est vêtu d’un plumage brunâtre et légèrement barré. Il a en outre un bec mince et très pointu. Ce petit oiseau est surmonté d’une petite queue, presque toujours dressée verticalement. De plus, il fait partie des oiseaux les plus petits d’Europe après le roitelet. Son vol est rectiligne sur de courtes distances.Cette espèce vit en Europe, en Afrique du Nord et en Asie, les populations d’Amérique du Nord étant dorénavant considérées comme des espèces distinctes (Troglodytes hiemalis et Troglodytes pacificus, le Troglodyte de Californie). Commun dans les forêts et les jardins à épais fourrés, le mâle construit plusieurs gros nids de mousse, en forme sphérique, à faible hauteur, dans le creux d’un arbre ou le trou d’un mur. À l’intérieur de l’un des nids, la femelle pond et couve ses œufs tandis que le mâle, lui, en occupe un autre.

pic epeiche

pic epeiche dans le bois de bellenville à beuvry .

grebes huppés

c’est la preriode de séduction chez les grebes huppés.C’est un excellent plongeur, capable de plonger jusqu’à 3 minutes et 20 mètres de profondeur, mais sa profondeur habituelle de plongée est le plus souvent de 4 à 6 m

un site sympa je trouve!

Visoflora - Guide jardinage

vache highland

La highland est une race bovine écossaise originaire de la région des Highlands.

Elle se caractérise par une robe Rouge clair à foncé (60 %), Noire (30 %), Grise (5 %), Blanche (5 %), aux poils longs et par une paire de longues cornes dressées en l’air.

Cette race rustique peut pâturer des zones de landes ou marécageuses mieux que tout autre race, et elle est parfois utilisée pour entretenir ce type de paysage.

Elle fournit par ailleurs une viande persillée de bonne qualité gustative.

jonquille

La jonquille véritable, et la seule qui rappelle sa dénomination espagnole de « petit jonc », est Narcissus jonquilla. Des variétés à parfum sont cultivées à Grasse.
Néanmoins depuis la Belle Époque, la langue française dénomme Jonquille une autre espèce commune surtout dans les Vosges, en Lorraine et en Franche-Comté. Il s’agit du narcisse jaune ou Narcissus pseudonarcissus ou encore narcisse trompette. Cette appellation s’est ensuite répandue grâce à l’essor du tourisme et du journalisme, chassant les multiples appellations populaires, vernaculaires ou génériques anciennes. Elle n’en est pas moins peu appropriée ni pour un amateur botaniste ni pour un simple observateur de bon sens.

pic epeiche

petite balade!